Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?

Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?
Réalisateur(s) : Philippe de Chauveron
Acteur(s) : Ary Abittan, Chantal Lauby, Christian Clavier
Catégorie(s) : Comedie
Version : HD - VF

Streaming :

video

Telechargement :

Uptobox Updownload HDlight 720p (VF)
Uptobox Updownload HDlight 1080p (VF)

Critique du film :

Toutes les familles de Verneuil et de Ko sont de retour! Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise. Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles, ont décidé de quitter la France avec leurs femmes et leurs enfants pour tenter leur chance à l’étranger. Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie feront tout pour les retenir. De leur côté, les Ko arrivent en France pour épouser leur fille. Eux aussi, sont dans une surprise …!

Version HD : https://hdlight-stream.com/quest-ce-quon-a-encore-fait-au-bon-dieu/

Version HD : Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu? en qualité Hdlight

3 Commentaires pour le film “Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?” :

  1. Anonyme dit :

    Pas aussi grave que le premier film, mais pas très bon non plus.

  2. Anonyme dit :

    Le cinéma français est une étude de cas sur la façon dont l’art peut être corrompu par l’ingérence de l’État et l’attrait des subventions. Autrefois réputée pour ses auteurs subversifs et artistiques, l’industrie cinématographique française semble désormais heureuse de se conformer aux diktats de messagerie de l’État. Sa mission première est de produire une propagande sur la diversité, préparant les Français à leur futur avenir brun, à mesure que la vision de Kalergi se concrétise progressivement.

    Le film Qu’est-ce qu’elle soit faite au bon Dieu? (Serial (Bad) Weddings), qui a connu un succès retentissant en 2014, est un excellent exemple de propagande de métissage [métissage]. Son intrigue met en scène un couple français conservateur (lu raciste) qui a quatre belles filles et est obligé de regarder avec consternation car chacune d’elles, à son tour, est mariée à la diversité. La diversité, dans ce cas, se présente sous la forme d’un Chinois, d’un Juif, d’un Musulman et d’un Nègre.

    Dans cette suite récemment publiée, Diversity ne souhaite plus, inhabituellement, vivre en Europe et les hommes emmènent leurs épouses françaises dans leur pays natal.

    Il y a même une scène où la fille blonde a un enfant en Afrique et où la famille du nègre se tient au chevet du lit en se vantant que l’enfant est noir («Il est noir!»). « Le sang noir est plus fort, c’est le pouvoir africain! »

    Vous pouvez le voir dans cette bande-annonce de langue française, qui n’a malheureusement pas de sous-titres, mais les images racontent assez bien l’histoire.

    Apparemment, les Français lavent la gueule. Il a vendu plus d’un million de billets lors de son week-end d’ouverture.

    Hitler a prédit dans Mein Kampf que la France deviendrait le premier pays hybride euro-africain. Et il semble que Hitler ait eu raison.

  3. Anonyme dit :

    Le studio parisien Orange Studio a presque vendu ses deux pièces phares de la comédie française, «Serial (Bad) Weddings 2» de Philippe de Chauveron et «City Hunter» de Philippe Lacheau.

    «Serial (Bad) Weddings 2», qui a ouvert le week-end UniFrance Rendez-Vous à Paris, est la suite du film à succès qui a rapporté plus de 148 millions de dollars dans le monde entier. Le film a été acquis pour l’Espagne (A Contracorriente), le Japon (Cetera), l’Italie (IIF), la Grèce (Odeon), l’Allemagne (Neue Visionen), l’Autriche (Filmladen), la Suisse (JMH Distributions), le Benelux (Belga) et le Canada. (Films AZ).

    Des accords supplémentaires ont été signés pour la Pologne (Gutek), la République tchèque (Cinemart), la Russie (Exponenta), le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (Falcon), les Pays baltes (A One Films), la Roumanie, la Hongrie, la Moldavie (Mediasquad) et les compagnies aériennes (Skeye ).

    « Serial (Bad) Weddings 2 » a sorti le 30 janvier à Paris. La suite ramène la famille Verneuil, un couple catholique de classe supérieure (Christian Clavier et Chantal Lauby) d’une province française et leurs trois filles qui ont épousé des hommes de confessions différentes.